/fr/2011

Ajouter un article

Philippe Gauthier, « A Trick Question: Are Early Animated Drawings a Film Genre or a Special Effect? », Animation: An Interdisciplinary Journal 6, no 2 (2011): 163‑75.

Jean-Pierre Sirois-Trahan, « “L’Idéal électrique”. Cinéma, électricité et automate dans L’Ève future de Villiers de L'Isle-Adam », dans L’Ère électrique / The Electric Age, dir. Olivier Asselin, Silvestra Mariniello et Andrea Oberhuber (Ottawa: Presses de l’Université d'Ottawa, 2011), 131‑54.

Philippe Gauthier et André Gaudreault, « De la nouveauté des Passions filmées du cinéma des premiers temps. Ou: comment faire du neuf avec du vieux... », dans Jésus en représentations : de la belle époque à la postmodernité, dir. Alain Boillat, Jean Kaempfer et Philippe Kaenel (Gollion: Infolio, 2011), 173‑89.

Alain Boillat, « L’Imaginaire social de la téléphonie : les dispositifs fictifs du XXe siècle d’Albert Robida et l’archéologie du “cinéma parlant” », dans Ciné-dispositifs : spectacles, cinéma, télévision, littérature, dir. François Albera et Maria Tortajada (Lausanne: L’Âge d’homme, 2011), 229‑59.

Thomas Elsaesser, « Freud and the Technical Media: The Enduring Magic of the Wunderblock », dans Media Archaeology: Approaches, Applications, and Implications, dir. Erkki Huhtamo et Jussi Parikka (Berkeley: University of California Press, 2011), 95‑115.

Aboubakar Sanago, « Colonialism-Visuality and the Cinema: Revisiting the Bantu Educational Kinema Experiment », dans Empire and Film (London: Palgrave McMillan, 2011), 227‑45.

François Albera et Maria Tortajada, dir., Ciné-dispositifs : spectacles, cinéma, télévision, littérature, Histoire et esthétique du cinéma. Série « Travaux » (Lausanne: L’Âge d’homme, 2011).

Thomas Elsaesser, « What is Left of the Cinematic Apparatus, or Why we Should Retain (and Return to) it », Recherches sémiotiques / Semiotic Inquiry 31, no 1‑2‑3 (2011): 33‑44, doi:10.7202/1027439ar.

William Uricchio, « A ‘“Proper Point of View”: the Panorama and Some of its Early Media Iterations », The Journal of Early Popular Visual Culture, vol. 3 / 9, 2011, p. 225‑238.

François Bovier, « Regards sur l’«impouvoir» : le «cinéma direct» de Ruspoli, de la terre à l’asile », Décadrages. Cinéma, à travers champs, 2011, p. 14‑31.

Mario Ruspoli est l’un des pionniers du « cinéma direct », qui repose sur la mobilisation d’un matériel audio-visuel synchrone et léger. En 1961, il réalise, avec une caméra 16mm Coutant-Mathot (le prototype KMT) et un enregistreur Nagra, Les inconnus de la terre et Regard sur la folie – moyens métrages sur lesquels portera ma lecture. Partisan d’une approche anthropologique, Ruspoli documente la vie d’hommes et de femmes qui sont isolés, en raison de leur situation géographique (des paysans ...

Paolo Cherchi Usai et Joshua Yumibe, « The Davide Turconi Collection of Nitrate Film Frames, 1897-1944 », Journal of Film Preservation, 2011, p. 46‑49.

André Gaudreault et Philippe Gauthier, « Le montage alterné, un langage programmé », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze. Revue de l’association française de recherche sur l'histoire du cinéma, 2011, p. 24‑47.

Il est désormais bien établi que D.W. Griffith n’aurait pas « inventé » le montage alterné. Il aurait plutôt développé et systématisé cette méthode de construction filmique, qui aurait existé bien avant lui. Il est cependant, à nos yeux, deux aspects qui relativisent le résultat de l’ensemble des travaux effectués sur la figure du montage alterné depuis les vingt ou trente dernières années. On peut d’abord noter un certain nombre de lacunes dans les approches privilégiées pour expliquer l’avènement du montage alterné. La présente étude s’efforce de combler ces lacunes et retourne aux films omis ou négligés jusqu’à maintenant. Si l’on sait maintenant que le recours au montage alterné aux premiers temps du cinéma ne se limitait pas au sauvetage in extremis, il reste toutefois encore beaucoup à faire pour identifier les diverses circonstances narratives ayant favorisé la relative prolifération de la figure en question autour des années 1908-1912. Il s’agit donc ici d’essayer de présenter, de manière la plus précise possible, le contexte qui prévalait eu égard au développement du montage alterné, au moment où Griffith est passé derrière la caméra.

André Gaudreault et Philippe Gauthier, « Guest Editorial: Could Kinematography be Animation and Animation Kinematography », Animation, vol. 6 / 2, 2011, p. 85‑91.

Rick Altman, « Two or Three Things we Thought we Knew About Silent Film Sound », in Cynthia Lucia. , Roy Grundmann. , and Art Simon. The Wiley-Blackwell History of American Film, New-York, Blackwell Publishing Ltd., 2011.

André Gaudreault, « Theatricality, Narrativity and Trickality: Reevaluating the Cinema of Georges Méliès », dans Fantastic Voyages of the Cinematic Imagination: Georges Melies’s <<Trip to the Moon>>, dir. Matthew Solomon (Albany, NY: State University of New York Press, 2011), 31‑47.

André Gaudreault et Philippe Marion, « Le Immagini filmiche sono degli archivi filmati? », dans L’Archivio = The Archive, dir. Alessandro Bordina, Sonia Campanini et Andrea Mariani (Udine: Forum, 2011), 317‑25.

André Gaudreault, Film and Attraction: From Kinematography to Cinema. Followed by Kinematographic Views (1907) by Georges Méliès, edited by Jacques Malthête, trad. Timothy Barnard (Urbana: University of Illinois Press, 2011).

André Gaudreault, « De certaines limites de la définition du dispositif “cinéma” », dans Ciné-dispositifs : spectacles, cinéma, télévision, littérature, dir. François Albera et Maria Tortajada (Lausanne: L’Âge d’homme, 2011), 169‑88.

André Gaudreault, « Cet art plus <<photo>>graphique qu’<<auto>>graphique que serait le cinéma... », dans La Pensée esthétique de Gérard Genette, dir. Joseph Delaplace, Pierre-Henry Frangne et Gilles Mouëllic (Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2011), 211‑19.

Gilles Mouëllic, Improviser le cinéma, Côté cinéma (Crisnée: Yellow Now, 2011).

Connexion