François Albera

Éditer le chapeau

Cochercheur

 

Professeur honoraire, Section d’histoire et esthétique du cinéma, Université de Lausanne

 

François Albera est né à Genève en 1948. Après des études universitaires en philosophie et sciences du langage à l'Université de Lyon, il a obtenu un doctorat ès lettres en histoire de l'art de l'Université de Genève. Sa thèse sous la direction du professeur Maurice Besset est soutenue en 1988. Première thèse portant sur le cinéma dans cette université, elle s'intitule Stuttgart : dramaturgie de la forme cinématographique, S.M. Eisenstein et le constructivisme russe et est parue à l'Age d'homme en 1990. Après quinze ans d'enseignement d'abord à l'Université de Lyon puis à l'école des Beaux-Arts de Genève (où il crée un atelier "cinéma/vidéo"), il a été nommé titulaire de la première chaire de Suisse à offrir un cursus complet, jusqu’à la licence, en études cinématographiques, créée à la Faculté des lettres de l'Université de Lausanne en 1990. Il a également été invité à enseigner aux Universités de Montréal et de Sao Paolo. Ses recherches se sont traduites par de nombreuses publications saluées au plan international, par l’organisation de colloques décisifs pour la discipline, ainsi que par des collaborations déterminantes à des expositions, rétrospectives, festivals, etc.[1]

 

françois.albera@unil.ch

 

/fr/Membres/Francois-Albera

Ajouter un articleEDIT EDIT EDIT

François Albera, « Le Détour par Le Gray (en passant par Moussinac et Sadoul) », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze. Revue de l’association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 58 (2009): 137‑43.

(Je remercie Valérie Vignaux de m’avoir transmis copie du texte de Moussinac) La mise en place d’un Conservatoire des techniques cinématographiques à la Cinémathèque française, la tenue régulière de conférences et de séminaires dans ce cadre est certainement la plus importante nouveauté « parisienne » de l’année 2007. Laurent Mannoni y songeait depuis longtemps, son travail de recherche, d’édition, de conservation et d’exposition s’inscrit dans cette perspective qui reste d’une trop gra...

EDIT

François Albera, « Le Détour par Caravage… », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze. Revue de l’association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 50 (2006): 131‑36, doi:10.4000/1895.499.

Il y a quelques mois une polémique, dont le Monde s’était fait l’écho, opposait la municipalité de Loches, qui avait découvert deux tableaux du Caravage, à des spécialistes du peintre qui niaient qu’ils le fussent. Au-delà de la querelle « d’attribution » dont les tenants et aboutissants nous échappent évidemment, l’examen des procédures d’expertise et les différentes sanctions officielles aboutissant au classement des deux peintures comme « Monuments Historiques », peuvent intéresser les his...

EDIT

François Albera, « Thérèse Giraud, cinéma et technologie », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze. Revue de l’association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 42 (2004): 154‑58.

La couverture du livre de Thérèse Giraud, due à Didier Thimonier, dispose une série chronophotographique de cheval au galop (Muybridge ?), un cinématographe Lumière dévoilant son mécanisme, un disque de phénakisticope, Auguste Lumière, enfin, saisi lors de son saut au-dessus d’une chaise avec son ombre projetée au sol, immobilisé en l’air par l’instantané. Ce montage prometteur nous introduit donc à des questions historiques et techniques des débuts du cinéma, voire des appareils et jouets op...

EDIT EDIT

François Albera et Maria Tortajada, Cine-dispositives: Essays in Epistemology across Media, trad. Franck Le Gac, Film culture in transition (Amsterdam: Amsterdam University Press, 2015).

This collection brings together a number of leading scholars in film studies to explore viewing and listening dispositives of the Foucauldian concept of a strategic and technical configuration of practices and discourses. A particular goal is to confront points of view and perspectives in the contexts of the rise and spread of new technologies, changes that are altering the boundaries and spaces of cinema and that thus demand new analysis and theoretisation

EDIT EDIT EDIT

Connexion